Etudier le coréen Vivre en Corée

Etudier en Corée : mon expérience à The Catholic University of Korea (CUK)

19 avril 2016

Aujourd’hui je vais vous parler un peu plus de moi et de mes études de coréen. J’ai eu la chance d’étudier durant 3 sessions d’été (2013,2014 et 2015) à the Catholic University of Korea située dans le quartier de Yeokgok à Bucheon (banlieue de Séoul). J’ai alors décidé de partager avec vous mon expérience de la vie estudiantine à la coréenne.

  • L’Université

Catholic University of Korea 8

L’Université Catholique (appelée plus communément CUK ou 가대 par les étudiants) est située sur le flanc d’une colline (Wonmisan), à 15 minutes à pieds de la station de métro Yeokgok (ligne 1). Le campus est assez grand et l’environnement est agréable. En effet, il possède un parc  entretenu par les sœurs et est entouré par la forêt.

Vous pouvez d’ailleurs vous rendre au sommet de Wonmisan afin d’admirer la vue sur tout Bucheon.

La fac est très classe (cela nous change de nos Universités françaises toutes dégradées), les locaux sont propres et les bâtiments neufs. Faits amusants, au milieu des escaliers on peut observer une fontaine et tous les ascenseurs sont équipés de petites télévisions qui retransmettent la chaine tv de la fac.

  • Commodités

Le campus universitaire regorge en lui-même de nombreuses commodités. Tout d’abord, la fac possède une énorme bibliothèque ouverte 24h/24h (sauf le week end il me semble), un restaurant universitaire, une infirmerie, une salle de sport, l’OBF (un lieu d’échange où l’on peut pratiquer  l’anglais) ainsi qu’une petite église catholique. De plus, le campus est organisé de sorte qu’il ne soit pas nécessaire de sortir du cadre de l’Université pour vivre. En effet, vous pouvez trouver sur celui-ci, une poste, une banque, une supérette, un restaurant de plateau repas, un pressing, une librairie, un opticien et des cafés.  

  • Le quartier de Yeokgok

Le quartier est très sympa et animé. En effet, il possède de nombreux restaurants délicieux et bon marchés (je sortirai d’ailleurs plusieurs articles sur les bonnes adresses), des cafés (indépendants ou des chaînes comme Sulbing ou Starbucks), des bars, des karaokés, des supermarchés, 2 marchés, des fast food (McDonald’s, Lotteria), des boutiques de cosmétiques… Plus besoin d’aller à Seoul pour sortir!

 

  • Korean Language Education Center (KLEC)

Cet institut rattaché à l’Université s’adresse aux étrangers souhaitant étudier le coréen. Il propose 4 sessions de stage linguistique par an de 10 semaines chacune. Leur bureau est situé au rez-de-chaussée du bâtiment principal de la fac. Les employés, très professionnels, sont toujours disponibles pour des questions ou pour aider les étudiants ayant des litiges. Ils connaissent chaque étudiant et prenne du temps pour eux.

Déroulement du stage:

A peine arrivés, on vous fait passer un test de placement afin de définir votre niveau et de vous placer dans un groupe. Le test est un qcm de compréhension écrite ainsi que de grammaire, une rédaction et enfin un oral avec un des professeurs. Celui-ci vous demandera dans quel niveau vous souhaitez être positionné.

Quelques jours plus tard, la feuille des noms associés aux niveaux est accrochée près des salles de classe. Ils vont du niveau 1 (débutant) au niveau 6 (expert). La liste des manuels à se procurer est également affichée (la fac ne fournit plus les livres).

Après le premier jour de cours, une réunion de bienvenue est organisée afin de présenter l’Université, les cours, les programmes…

Vous pouvez également participer (et je vous le conseille fortement) au programme de parrainage. On vous met en relation avec un tuteur coréen (en coréen « domi ») qui est étudiant à la fac. Vous remplissez une feuille de vœux (fille ou garçon, parlant français ou non, hobbies…) et vous définissez les activités que vous allez faire ensemble (aide aux devoirs, sorties culturelles…) attention vous avez un quota d’heure minimum à respecter.

Entrainement au Topik : l’Université propose des cours supplémentaire (pour environ 100 euros) pour la préparation du Topik (test national d’aptitude en langue coréenne). Vous pouvez également vous s’inscrire à l’examen (pour 30 euros) auprès du bureau du KLEC.

Comment s’organisent les cours ?

Chaque classe contient moins de 15 élèves et les cours se déroulent du lundi au vendredi de 9h à 13h avec 10 minutes de pause entre chaque heure. Cela dépend des niveaux et des manuels mais en général, le travail d’une leçon par jour est proposé (lecture du texte, mise en contexte du vocabulaire, grammaire, compréhension oral et écrite). De plus, un examen (texte à trous) a lieu tous les jours avant de commencer une nouvelle leçon. Le vendredi  est le jour de révision des leçons étudiées durant la semaine.Catholic University of Korea 28

Le travail à fournir est assez conséquent (encore une fois tout dépend des niveaux et des professeurs), un sujet de rédaction est donné chaque vendredi (à rendre le lundi). Chaque étudiant doit également réaliser au moins deux présentations orales (de type exposé, tenir 5 à 10 minutes à l’oral, sans lire et avec réalisation d’un powerpoint). Et pour finir vous aurez au moins 3 pages d’exercices à faire chaque jour. Certains profs aiment bien donner du travail en plus (exercices polycopiés). Tous ces devoirs sont notés et comptent pour la note finale. Il faut également apprendre par cœur le vocabulaire et les points de grammaire (environ 30 mots de voc et 5 points de grammaire/jour) chaque jour pour l’examen du lendemain.

2 grands examens sont mis en place (un en milieu de session et un à la fin). Ils se présentent sous 4 épreuves : épreuve oral avec un professeur (créer des phrases types avec la grammaire assimilée en cours et échanger sur un des thèmes du manuel), un écrit (ou 2 selon les niveaux), écoute et compréhension oral (qcm), compréhension écrite (qcm). Pour obtenir la certification et ainsi passer au niveau supérieur, il faut atteindre un score minimum de 70% (compensation entre les exams et matières).

Après le 1er examen, l’institut organise une sortie  « culturelle ». Durant la session d’été, on vous amène généralement dans un parc d’attraction (2013 et 2014 : Everland, 2015 : Lotte World). Certains professeurs peuvent proposer d’eux même des activités culturelles (cours de cuisine au niveau 3).

Après chaque fin de session, une cérémonie de remise des diplômes est organisée. Un petit spectacle est organisé par les étudiants (chant, danse, présentation…). Les noms des étudiants ayant obtenu leur certification sont annoncés et des prix sont remis (prix d’honneur, prix d’assiduité…). C’est souvent un moment assez émouvant car certains étudiants repartent dans leur pays d’origine.

  • Dortoir

Une place au dortoir de l’Université est également proposée aux étudiants étrangers. Plusieurs options s’offre à vous.

Le grand luxe : les chambres (à 2 personnes) en guesthouse « partie internationale », 15m2, balcon, télévision, coiffeuse, frigo et bureau. Les résidents ne sont pas affectés par le couvre feu du dortoir (on peut passer par la porte arrière avec la carte magnétique).

Place en dortoir : chambre de 2, 3 ou 4 (toujours 15m2), couvre feu (check des chambre à 23h et fermeture des portes à 1h), seulement un bureau et un frigo mais une salle de repos commune avec canapés, ordinateurs et télévision. Des machines à laver (1000 won la machine) sont également présentes à chaque étage.

Vous pouvez retrouver toutes les informations ainsi que les photos sur le site du dortoir (eng).

  • Prix

    1 session de cours (10 semaines) : environ 1 000 euros.

    1 mois en dortoir: 350 euros (place en guesthouse) à 150 euros pour une place en chambre à 4.

 

  • S’inscrire ?

Vous pouvez trouver toutes les informations ainsi que le dossier d’inscription et les documents à fournir sur le site du KLEC (kor et eng).

 

  • Mon ressenti

Étudier en Corée a été la meilleure solution pour améliorer mon coréen. En effet, le prix des cours peut sembler excessif et n’est pas à la porter de toutes les bourses mais cela vaut vraiment le coup.

Cependant, il ne faut pas voir ce stage comme de simples vacances en Corée. Cela demande énormément de travail, le rythme est dur et les cours sont intensifs (à la coréenne !). On a beaucoup de données à retenir en même temps et on est souvent submergé par les devoirs. J’y passais entre 3 et 4 heures par jour et encore c’était très peu car mes camarades taïwanaises y passaient le double de mon temps (elles étudiaient de 14h à 22h!). Je préférai pour ma part prendre l’air, voir mes amis et mettre en application ce que j’avais appris.

J’ai eu, de plus, beaucoup de mal (et c’est toujours le cas) avec le style d’examen à la coréenne c’est-à-dire les qcm. Je comprenais parfaitement les textes mais toutes les réponses me paraissaient similaires (surtout pour le niveau 4 où les textes commençaient à  être longs…). C’était très frustrant ! Apparemment je ne serais pas la seule car les occidentaux en général auraient pas mal de problèmes avec ce système d’examen. Heureusement, je me rattrapais sur l’écrit et l’oral. Cependant, je continue de m’entraîner avec des manuels de préparation au topik (qui est aussi basé sur un qcm).

Je dois vous avouer que la première fois, en 2013, je n’étais pas prête psychologiquement pour vivre un rythme aussi soutenu. Le style coréen est à mille lieues du système universitaire français (je me suis rendue compte qu’on bullait tellement en France haha). Je me suis prise une belle claque, j’ai beaucoup pleuré mais j’ai finalement appris à étudier correctement. De retour en France, j’ai mis en application la méthode apprise à CUK pour améliorer mon coréen mais pas seulement car cela me sert toujours dans mes études de langues (anglais et espagnol).  Cette expérience m’a enrichie intellectuellement et m’a également fait prendre de la maturité.

Après avoir suivi le niveau 2 en 2013, j’ai décidé de repartir en 2014 pour suivre le niveau 3 puis en 2015 le niveau 4. Le niveau 4 a été le plus dur pour moi au niveau de la langue (beaucoup d’expressions idiomatiques, de points de grammaire très technique). C’est surement le niveau le plus important car tous ces points ou expressions se trouvent dans le Topik (intermédiaire/expert). En effet, le niveau 3 n’est pas suffisant pour l’obtenir.

Bien que le niveau 4 soit pour moi le plus dur, c’est également ma meilleure année à CUK. Ma classe était géniale, j’ai été très vite intégréé au groupe (ils se connaissaient déjà tous du semestre dernier) et malgré la distance et le temps on reste toujours en contact.

Catholic University of Korea 34

Pour le logement, si vous avez les moyens optez pour une place en guesthouse^^ J’avais l’impression d’être infantilisée au dortoir. A 23 ans, cela m’embêtait d’avoir des comptes à rendre et répondre présente à l’appel de 23h… De plus, ce n’est pas simple de vivre à 4 dans un 15m2 avec des coréennes (Très gros problèmes de propreté…). Je n’ai eu par contre aucun problème quand j’étais avec mes compatriotes françaises dans les chambres à 3^^

Vous l’avez compris, je ne ressors que du positif de cette expérience. Je tiens d’ailleurs à remercier les professeurs qui sont toujours au petit soin pour nous, nous conseillent, nous orientent et prennent du temps pour nous après les cours.

Je pense pour ma part, en 2017, de nouveau suivre les cours de la CUK pour 9 mois consécutifs. En effet, je souhaite reprendre le niveau 4 qui n’a pas tout à fait été entièrement assimilé, le niveau 5 et finir avec le niveau 6. Ce n’était pas du tout judicieux de suivre une session par an car de retour en France, on oublie. Je m’en suis particulièrement rendue compte quand j’étais au niveau 4. Mes camarades ont commencé au niveau 1 et ont donc passé 1 an en Corée. Ils étaient beaucoup plus à l’aise à l’oral que moi car il vivait dans le pays alors que j’ai rarement l’occasion de parler coréen en France. C’est pour cela que je souhaite suivre 3 niveaux consécutifs même si le rythme risque d’être difficile^^

N’hésitez pas à me poser des questions en commentaires j’y répondrai le plus vite possible 🙂 Je vous laisse en photos avec un magnifique coucher de soleil et arc en ciel avec la vue sur la tour de Seoul 🙂

9 Comments

  • Reply
    Anais
    19 avril 2016 at 21 h 42 min

    Salut !
    Super article, je me suis inscrite pour faire la session de cet été, j’avais une question concernant le test de niveau à faire en arrivant : quand est-ce qu’aura lieu ce test, le premier jour des cours ou avant ?
    En tout cas merci pour cet article !

    • Reply
      Manon en Corée
      19 avril 2016 at 21 h 51 min

      Merci cela me fait plaisir 🙂
      Le test de placement a lieu quelques jours avant le début des cours.Ce n’est pas une date fixe annuelle. Normalement on vous le dira une fois arrivé à la fac 🙂

  • Reply
    travelwithalexita
    19 décembre 2016 at 16 h 09 min

    Super article, merci 🙂 est ce que tu comptes par la suite t’installer en Corée?

  • Reply
    Sofia
    28 janvier 2017 at 20 h 32 min

    Maron, j’ai adorée ton histoire… as-tu quelques article sur les choses que vous n’aimez pas en Corée? Je suis trés intéressée 😀

  • Reply
    Le logement en Corée - Manon en Corée
    27 juin 2018 at 13 h 43 min

    […] Chaque université coréenne possède un dortoir sur leur campus destiné à leurs étudiants. Le dortoir propose plusieurs types de logements. Ce sont généralement des chambres de 2, 3 ou 4 personnes avec des sanitaires et salles d’eau dans chaque chambre. A l’intérieur, vous avez un lit, un bureau, une chaise, une armoire et un frigo à partager. Des salles de repos communes avec télévision et une laverie est à disposition des étudiants. Ce mode de logement permet de se concentrer sur ses études mais possède de nombreuses contraintes. Tout d’abord, il est interdit de faire venir quelqu’un d’extérieur au dortoir et les filles et les garçons sont séparés. De plus, il y a un couvre feu à respecter, si vous ne rentrez pas avant une certaine heure vous risquez le renvoi du dortoir. Les prix varient de 200 000 wons (160 euros) à 600 000 wons (450 euros) par mois. Si vous voulez en savoir plus sur ce genre de logement, j’en parle dans mon article sur mon expérience universitaire en Corée. […]

  • Reply
    Comment améliorer sa compréhension orale en coréen?
    3 février 2019 at 11 h 02 min

    […] J’ai moi-même fait des progrès fulgurants lorsque je me suis rendue en Corée lors de mes séjours linguistiques à l’Université Catholique. Si vous avez donc le temps et les moyens, je vous conseille d’étudier le coréen en Corée […]

  • Reply
    Se préparer à étudier le coréen en Corée: réussir son séjour linguistique.
    4 janvier 2020 at 11 h 02 min

    […] davantage sur l’étude du coréen dans les centres de langue en Corée, je vous renvoie vers mon article sur mon expérience à l’Université Catholique de Corée. Les cours étant intensifs et les […]

Leave a Reply