nanika
Vivre en Corée

Revue: Quelque Chose de Corée du Sud par Elise Ducamp

3 septembre 2019

De nombreux ouvrages sur la Corée du Sud à destination des voyageurs fleurissent sur le marché. Néanmoins, ces guides touristiques se limitent généralement aux « bonnes adresses » en occultant l’essence même du pays, sa culture, son histoire, ses traditions et ses gens. De plus, la Corée du Sud étant un pays qui change très vite, un restaurant de poulet peut devenir un magasin de vêtements en moins de 24h, pour l’avoir vu de mes propres yeux. Il y a quelques semaines, les éditions Nanika m’ont contactée afin de me présenter Quelque chose de Corée du Sud par Elise Ducamp.

manon en corée

Se détachant des guides de voyages traditionnels, cet ouvrage souhaite aborder le pays dans sa globalité et mettre ainsi en avant son essence, afin de comprendre ce qu’il l’anime et de pouvoir l’appréhender. Ce concept m’a beaucoup emballée car vous le savez, je suis très attachée à la Corée et à sa culture, surtout depuis que j’y vis.  Je me suis donc plongée dans cet ouvrage en prenant de la distance, sans préconception afin de vous partager un avis neutre et objectif.

manon en corée

Contenu

Quelque chose de Corée du Sud s’articule autour de cinq grands thèmes. Tout d’abord, l’auteure commence son ouvrage par le chapitre « Histoire et Traditions ». Elle élabore dans cette partie une brève chronologie de l’histoire de la Corée depuis son fondement jusqu’à nos jours ainsi que certaines coutumes propres au pays du matin frais. Elise Ducamp aborde ensuite le sujet « Art et Culture » notamment l’architecture et la littérature coréenne. Elle développe également sur la culture traditionnelle et moderne, entre autres, la fameuse hallyu qui fait tant couler d’encre en occident… L’auteure consacre aussi un chapitre de son ouvrage à la gastronomie coréenne dans « Kimchi et Soju » en y expliquant les coutumes liées à la nourriture. Dans « Religions et Croyance », nous pouvons connaître les différentes pensées qui continuent d’influencer au quotidien la société coréenne. Pour finir, l’auteure aborde dans « La Corée au quotidien », les habitudes de vie propres à la Corée et les différences avec la France.

manon en corée

Mon avis

Quelque chose de Corée du Sud est un ouvrage très structuré grâce à ses différents chapitres. Il n’est pas obligatoire de lire l’ouvrage dans l’ordre, vous pouvez choisir vos sujets.  Il est d’ailleurs facile d’accéder aux informations qui vous intéressent à partir du sommaire.

De plus, Tous les sujets sont abordés de façon équilibrée, nous offrant un panorama complet du pays. Les informations sont claires et concises, le livre se lit donc facilement et ne s’adresse pas forcément qu’aux initiés.  L’auteure connait bien son sujet et j’ai été frappée par ses connaissances historiques. J’ai également apprécié l’explication très concrète de l’écriture coréenne. A travers la lecture, on peut sentir que Elise Ducamp a été confrontée directement à la société coréenne car en plus de nous transmettre des connaissances, elle nous partage son expérience du terrain. De plus, elle a su traiter le sujet « sensible » de la hallyu d’un point de vue analytique et avec beaucoup de justesse.

manon en corée

Le graphisme de l’ouvrage apporte de l’ergonomie et renforce la lisibilité. En effet, les pages comportent des couleurs notamment des encarts en vert. J’apprécie tout particulièrement le « à voir » qui conseille des lieux à découvrir en rapport avec le contenu du chapitre. La valeur du lieu est à mon sens d’avantage mise en avant car le voyageur pourra le remettre en contexte grâce aux connaissances acquises par l’ouvrage. Pour finir, les photos sont récentes (contrairement à certains guides) et les illustrations agréables. Pour finir, l’ouvrage comporte des QR code afin d’illustrer certaines informations. Ainsi, l’utilisation des nouvelles technologies rend la lecture moderne et connectée. Elle permet au lecteur d’aller « plus loin » dans ses recherches sur la Corée, notamment en ce qui concerne la préparation d’un voyage (carte des bonnes adresses).

Et pour finir, merci Mme Ducamp d’avoir abordé cette question du « pays du matin calme » qui m’agace dès que je l’entends!

Nous avons vu les atouts de Quelque chose de Corée du Sud mais je dois également vous parler des points qui à mon sens ne sont pas « négatifs » mais qui mériteraient d’être améliorés.

manon en corée

Des points à améliorer?

Tout d’abord, je n’ai pas vu de bibliographie dans l’ouvrage. C’est pour moi, très important d’avoir des références bibliographiques lorsque l’on aborde notamment des faits historiques car cela fait plus sérieux.  En effet, un lecteur expérimenté fait plus confiance aux ouvrages qui en comportent parce que les informations sont vérifiées.

Concernant la partie historique, il y a quelques raccourcis (notamment concernant Gojong et Deoksugung) et certains faits seraient à nuancer mais l’auteure, elle-même a partagé sa frustration d’avoir dû raccourcir son ouvrage. Je suis pointilleuse car je suis passionnée par l’histoire coréenne mais ces faits n’entravent en rien la compréhension globale de celle-ci.

J’ai également beaucoup souri lorsque l’auteure a parlé des « hanok préservés » de Bukchon (village reconstruit durant les années 2000) ou que les coréens ne transpiraient pas (mon mari transpire bien plus que moi haha). En vérité, ils transpirent mais ne sentent pas, c’est pour cela qu’ils n’ont pas de déodorant… A cela, s’ajoute quelques faits qui ont beaucoup changé ces dernières années et qui sont moins d’actualité. Ainsi, les coréennes dévoilent de plus en plus leurs épaules et les couples n’hésitent plus à être démonstratifs en public (hier encore, un couple se bécotait tranquillement en attendant le métro). Je dois néanmoins l’avouer, la première fois que j’étais venue en Corée (en 2013), ce n’était pas comme ça, les coréens étaient beaucoup plus « prudes ». Et pour finir, depuis peu, les taxis n’ont plus le droit de refuser des courses/clients! C’était illégal avant mais personne ne les sanctionnait, maintenant la mairie fait la chasse aux chauffeurs qui ne respectent pas les règles. Voici donc les points que je souhaitais éclaircir mais cela représente moins de 1% de l’ouvrage.

manon en corée

 

Conclusion

Cet ouvrage complet permet de connaître toutes les facettes de la Corée et ainsi d’acquérir de solides connaissances avant un séjour au pays du matin frais. Il s’adresse à la fois aux personnes qui méconnaissent la Corée mais également aux initiés, qui apprendront, j’en suis sure, de nouvelles choses. Quelque chose de Corée du Sud permet de mieux comprendre la société coréenne et son mode de pensée. Le lecteur peut ainsi prendre du recul et s’éloigner des nombreux stéréotypes attribués à la Corée par les médias français. C’est donc un livre que je vous recommande chaudement 🙂

Vous pouvez vous procurer Quelque chose de Corée du Sud en librairie au prix de  14,50 € ou sur Amazon.

 

Photos : © Morgane Roy
Illustrations : © Fanny Liger

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply