topik s'entrainement
Etudier le coréen Vivre en Corée

Topik: Préparation à l’examen

5 octobre 2019

L’année dernière, je vous avez présenté le TOPIK, son déroulement et son contenu. Suite à cet article, j’ai reçu de nombreuses demandes sur la préparation de cet examen. Je vais donc vous partager aujourd’hui mes cinq astuces pour s’entraîner et réussir le TOPIK.

 

1 – S’entraîner au style TOPIK

Je trouve ce principe extrêmement stupide, mais pour obtenir le TOPIK, vous n’avez pas besoin d’avoir un bon niveau en coréen. En réalité, il suffit de vous entraîner au modèle de l’examen, c’est-à-dire aux QCM. J’ai vu de mes propres yeux, des chinois ne pouvant pas aligner trois mots en coréen, exceller au TOPIK et obtenir un niveau 4…  A contrario, vous pouvez parler très bien coréen mais échouer au TOPIK si vous n’êtes pas préparés. Ainsi, si vous faites toutes les annales disponibles sur internet, le jour de l’examen, vous répondrez aux questions de façon mécanique car les sujets sont très similaires. Je vous conseille de vous concentrer sur la compréhension orale et écrite pour le TOPIK I et sur l’écrit pour le TOPIK II (nous en reparlerons un peu plus loin).

 

2 – Apprendre le plus de vocabulaire possible

C’est malheureusement la clé de la réussite, apprendre par cœur des listes de vocabulaire spéciales TOPIK… Cette pratique, bien qu’efficace pour l’examen, n’est pas productive sur le long terme. Néanmoins, si vous visez les niveaux 4,5, et 6, vous n’aurez pas trop le choix… Pour le TOPIK I, je vous conseille de connaître au moins 2 000 mots et pour le TOPIK II,  4 000 mots (niveau 3).  Apprenez doucement par exemple, 15 nouveaux mots/jour. Le site internet TOPIK Guide propose la liste des mots les plus utilisés durant l’examen. Ainsi, vous pouvez vous situer dans votre apprentissage et vous orienter dans vos choix. Je vous déconseille d’apprendre directement les mots via cette liste car ils sont dépourvus de contexte. En revanche, je vous recommande d’utiliser les manuels de vocabulaire dont je vous ai parlé dans mon article sur ma sélection de manuels.

 

3- Planifier votre entraînement

S’organiser et planifier à l’avance est très important pour un examen comme le TOPIK. Vous ne pouvez pas vous y prendre au dernier moment sinon c’est l’échec assuré. Je vous conseille donc de commencer votre préparation au moins 3 mois à l’avance, 5 mois étant pour moi l’idéal. Je m’adresse à ceux qui passent le TOPIK II car qu’on se le dise, le TOPIK I est très simple. Il peut être donc préparé quelques semaines à l’avance. Concernant le contenu de votre planning, vous devez travailler les différentes compétences de manière égale. Par exemple, 2 rédactions (une analyse de diagrammes + une dissertation) par semaine, 15 mots de vocabulaire par jour, 1 annale de compréhension écrite et orale par semaine puis durant la dernière semaine, 1 annale tous les 2 jours. Vous devez mettre en place une stratégie qui corresponde à vos besoins et à vos attentes.

 

4- Astuces à l’écrit

Pour le TOPIK II, l’écrit est à mon sens, l’épreuve la plus difficile. Les sujets sont assez simples et déjà-vu mais la difficulté principale est le temps. Je vous conseille donc de vous chronométrer lorsque vous vous entraînez et de ne pas utiliser de brouillon (pas le droit durant l’examen). Reprenez les sujets présents dans les annales ou ceux du manuel du niveau 4 de Seoul National University qui contient des sujets d’analyse de diagramme. Mémorisez également des phrases types que vous pourrez facilement incorporer dans vos rédactions. Et pour finir, je vous recommande d’apprendre par cœur les structures grammaticales propres à l’analyse de diagramme et à la dissertation. Si vous souhaitez que je vous partage ma liste de formes types pour le TOPIK, faites-le moi savoir dans la section commentaires.

 

5- Ressources disponibles

De nombreuses ressources gratuites sont disponibles sur internet.  Je vous recommande tout d’abord, le site officiel du TOPIK qui propose des annales interactives. Vous pouvez également pour rendre sur TOPIK Guide (une partie est payante) qui se compose d’annales papiers, de listes de vocabulaire et de grammaire. Vous avez aussi l’application TOPIK one (une partie est payante) qui propose encore une fois des annales. Si vous êtes old school, vous pouvez également acheter les nombreux manuels de préparation (topik master, new topik…).

Enfin, si vous êtes en Corée, vous avez la possibilité de prendre des cours spéciaux TOPIK. Si vous possédez un visa, rapprochez vous du Seoul Global Center car c’est gratuit. Sinon, vous pouvez vous inscrire aux centres de langues des universités coréennes. Par exemple, l’Université Catholique proposait des cours intensif de préparation tous les après-midi.

 

Je pense avoir fait le tour de mes conseils pour préparer (et réussir!) le TOPIK. Et vous? Avez-vous eu l’occasion de passer l’examen? Avez-vous des astuces pour vous entraîner?

2 Comments

  • Reply
    Gaufre & Chocolat en Corée
    5 octobre 2019 at 17 h 32 min

    C’est dommage qu’il n’y ait pas le TOIK en Belgique, j’aurais beaucoup connaitre mon niveau avant d’arriver en Corée du Sud.
    Bon, après je pense ne pas en avoir besoin vu que je ne compte pas rester plus longtemps que mon PVT en Corée et que, je pense, il y a moyen de trouver du boulot en part time sans avoir le TOPIK ^^
    Par contre, on compte toutes les deux prendre des cours de coréen au Seoul Global Center pour améliorer notre niveau et nous aider dans la vie de tous les jours et aussi pour justement se débrouiller un peu plus dans nos part time jobs.
    Le KIIP nous intéresse aussi mais j’ai une question : Est-ce que tu penses que c’est nécéssaire de passer le KIIP si l’on reste seulement un an en Corée ?
    C’est un truc qu’on aimerait vraiment faire mais on se demande si ça aide réellement dans le quotidien. On suppose que oui, bien sûr, mais avoir un avis serait sympa (on a lu quelques articles de blogs sur le sujet mais les gens parlaient surtout de comment se rendre aux cours et le déroulement de ceux-ci et pas de l’après KIIP ^^)

    • Reply
      Manon
      15 octobre 2019 at 2 h 54 min

      Le KIIP est à la base pour les personnes qui souhaitent candidater au visa résident (à points). Néanmoins, on peut suivre les cours durant le PVT. Le Global Center se concentre sur le niveau de survie (apparemment le niveau est très bas) mais lorsque l’on veut apprendre plus en profondeur, il faut faire le KIIP. J’envisage de le passer pour le challenge lorsque j’aurai fini mon master, j’en ferai sûrement un article 🙂

Leave a Reply